top of page

Le Bouddha de la médecine

Dernière mise à jour : 24 mai




Le Bouddha de la médecine, Sangyé Mènla en tibétain,  Bhaishajyaguru en sanscrit ou Yakushi en japonais est représenté de couleur bleue. On le surnomme parfois le roi du lapis-lazuli ou seigneur de lumière lapis-lazuli.


Il tient dans sa main droite tournée vers l'extérieur (mudra du don) la plante arura, le grand remède, et dans sa main gauche un bol, contenant des substances médicinales. Le nombre 12 est associé à ce bol, en lien avec les douze vœux et résolutions qu'il fit pour venir en aide aux êtres vivants.

Selon la médecine tibétaine traditionnelle, la pratique du Bouddha de la médecine et son initiation, ses méditations et visualisations, notamment à partir d'une représentation telle qu'une peinture rituelle (thangka ou mandala) ou encore la récitation de son mantra sont particulièrement recommandés pour invoquer l'énergie de guérison. 


Parfois on associe les pilules à base de plantes de la pharmacopée à la pratique spirituelle du Bouddha de la médecine, afin d'agir sur plusieurs plans, y compris sur les causes subtiles, ou karmiques de la maladie. Dans l'iconographie du Bouddha de la médecine, nous le retrouvons parfois associé à sept autres Bouddhas, "les huit Bouddhas médecins" en lien avec des sphères de conscience lumineuse.



Ou bien entouré de nombreuses plantes de la pharmacopée et d'un palais "le paradis du Bouddha de la médecine" ou mandala du Bouddha médecine.


Cette représentation magnifique, est tirée du "Traité de médecine tibétaine dit du béryl bleu, ou quatre tantras médicaux, écrit en 1687 par Sangyé Gyatso.


On y voit Sangyé Menla enseigner la médecine à ses disciples, les plantes médicinales sont classées en types froids ou chauds pour soigner les maladies de type froides ou chaudes.




Ou bien encore accompagné à sa gauche et à sa droite de deux bodhisattvas, Suryaprabha (lumière du soleil) et Chandraprabha (lumière de la lune) 


Cette trilogie n'est pas sans rappeler l'équilibre des énergies yin et yang, ou encore Ida et Pingala, les énergies soli-lunaires du corps humain dans l'ayurvéda. 




Parfois des mandalas particuliers lui sont dédiés, il est représenté au centre, le pratiquant s'imprègne de ses vibrations en se visualisant lui-même de couleur bleue, et rayonne la lumière bleue tout autour.


Vous pouvez vivre une méditation à l'aide d'une des photos de thangkas ou mandalas présentées ici :

  • Pour cela choisissez la photo qui vous attire le plus en cet instant.

  • Prenez le temps de la regarder juste pour le plaisir 

  • Portez votre attention au niveau de votre respiration naturelle

  • Quand les yeux sont fatigués vous pouvez les fermer et vous reposer

  • Vous pouvez recommencer aussi longtemps que cela vous fait du bien.

Vous pouvez éventuellement écouter ou réciter son mantra “Téyata OM Békanzé Békanzé Maha Békanzé Radza Samudgaté Soha”. Voici un choix de versions pour votre pratique :

  • Deva Premal, Manose, Miten

  • Lama Gyurmé et Jean-Philippe Rykiel

  • Deva Premal et les moines de Gyuto






Nous avons de nombreuses peintures et statues originales du Bouddha de la médecine réalisées par des artistes exeptionnels. Les peintures peuvent soit être encadrées par vos soins, soit parées de leur encadrement traditionnel en soie, le brocard.


N'hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez trouver la vôtre.


 

 

Texte écrit par Alain Griet le 3 avril 2020 

Si vous souhaitez partager cet article merci de le garder dans son intégralité et d'en citer la source.


 

Bibliographie:

  • "La Médecine tibétaine bouddhique et sa psychiatrie", Terry Clifford. Editions Dervy-Livres

  • "Soigner, guérir, grâce au bouddha de médecine", Khenchen Thrangu Rinpoche. Editions Véga

  • "L'art de guérir au Tibet", Ian A. Baker. Editions Seuil

  • "Bouddhas de la galerie céleste", Ian A. Baker. Synchronique Editions

  • "Petite encyclopédie des divinités et symboles du bouddhisme tibétain", Lama Cheuky Sèngué. Editions Claire Lumière


30 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page